Aller au contenu principal

L'Ermitage à Braine-le-Château

La réserve de L'Ermitage à Braine-le-Château

Création officielle en 2021 - Une superficie de 1,5 hectare

A Braine-le-Château, la jeune réserve naturelle de l’Ermitage est logée dans un vallon préservé près des sources du ruisseau éponyme. Suite aux importants travaux de restauration écologique des biotopes du site, réalisés dans le cadre du projet LIFE BNIP ( Belgian Nature Integrated Project), la Commune a confié la gestion des parcelles communales de l’Ermitage à Natagora, en vue d’assurer le maintien et le développement de la nature sur le site.

Conservateur : Luc BERNARD
Email : bernardl(at)skynet.be
GSM : 0472/27.54.41

en savoir plus :

Une mosaïque exceptionnelle de biotopes

Sur environ 1,5 hectare, la réserve naturelle de l’Ermitage comporte une mosaïque exceptionnelle de biotopes en raison de la diversité de ses sols (sableux, sablo-limoneux, argileux et tourbeux), de leur gradient d’humidité (très sec à très humide) et des anciennes pratiques agro-pastorales (fauchage, pâturage) qui y étaient menées. On y observe des milieux rares tels la pelouse sur sables acides, la prairie humide maigre, des suintements de pente tourbeux, une roselière, une aulnaie-frênaie alluviale, deux mares naturelles et de nombreuses sources. Ces milieux hébergent des espèces emblématiques, tels la salamandre tachetée, le lézard vivipare, la jasione des montagnes ou encore l’orchis tacheté.

Afin d’assurer la préservation des biotopes les plus précieux, Natagora, avec l’aide de bénévoles, met en œuvre une gestion par fauche tardive et lutte contre les espèces exotiques. La collaboration avec des propriétaires de moutons et de chèvres rustiques permet la mise en œuvre d’un éco-pâturage visant le maintien des milieux herbacés.

Lande et pelouse sur sable

Cette parcelle de lande et pelouse sur sable a été restaurée en 2019 par élimination des recrus ligneux (bouleau, cerisier tardif,…) et étrépage (décapage de l’humus) en vue de mettre à jour les graines de la Callune fausse-bruyère et d’autres espèces des sables en dormance dans le sol.

La Jasione lisse

Cette petite plante à la belle floraison bleue est typique des sols sableux acides sur lesquels elle peut parfois être abondante. 

Rare en Wallonie, elle est reprise sur la liste rouge des plantes menacées.

Le Cuivré commun

Ce petit papillon orangé relativement peu fréquent affectionne particulièrement les pelouses sur sable au sein desquelles il trouve en abondance la plante nourricière de ses chenilles, la petite oseille.

Les abeilles sauvages

Les sols sableux constituent un site propice à la nidification de très nombreuses espèces d’abeilles sauvages qu’on dit « sabulicoles » car elles y creusent leur terrier et « solitaires », car au contraire de l’abeille domestique, elles ne constituent pas de colonies socialement organisées.

Le néflier

Petit arbre fruitier sauvage, mais peu commun, le néflier apprécie les sols secs et les expositions ensoleillées.

Cette parcelle comporte plusieurs exemplaires de néflier bien développés.

Un pâturage extensif

Cette pelouse maigre acidophile - une végétation herbacée assez basse que l’on rencontre sur sols acides - a été restaurée en 2019 par débroussaillage et étrépage localisé (décapage de l’humus) en vue d’y restaurer un tapis herbacé diversifié. Une clôture a été installée pour permettre l’entretien de la parcelle par un pâturage extensif. Les animaux choisis pour ce pâturage sont de race rustique et peuvent se contenter d’une alimentation très pauvre : comme les pousses de ligneux ou les herbes sèches. Une mare a également été creusée à destination des amphibiens et libellules du site.

L’épervière en ombelle

De la famille des pissenlits (Asteracées), cette plante herbacée de belle taille (jusqu’à 80 cm) aux inflorescences jaunes apprécie les talus secs aux sols acides sur lesquels elle peut constituer des populations importantes.

Le Lézard vivipare

Ce petit reptile menacé au nord du sillon Sambre-et-Meuse est souvent observé de manière furtive, bien qu’il apprécie particulièrement se réchauffer aux rayons du soleil en lisière de broussailles.

Il affectionne les terrains présentant un gradient d’humidité.

La Campanule à feuilles rondes

Cette plante aux fleurs délicates en forme de petites clochettes bleues est typique des prairies maigres, c’est-à-dire jamais amendées ou engraissées, ce qui explique sa disparition progressive de nos paysages brabançons.

Le saule "têtard"

Jadis régulièrement planté au sein des prairies pâturées, le saule taillé en forme de « têtard », avait de multiples usages : assèchement du sol, abri du bétail, bois pour la vannerie ou le chauffage.

Par la présence de bois mort et de nombreuses anfractuosités, il favorise également une faune intéressante (Chouette chevêche, coléoptères,…).

La tourbière de pente

La tourbière de pente a été restaurée en 2019 par déboisement, débroussaillage et étrépage (décapage de l’humus) en vue d’y restaurer une végétation tout à fait unique en Brabant wallon. Elle est entretenue par les bénévoles qui fauchent et évacuent la végétation une fois par an. La tourbière est un milieu extrêmement rare en Brabant, caractérisé par une végétation constituée de plantes de petite taille supportant des sols gorgés d’eau et pauvres en éléments nutritifs disponibles.

La tourbe

En raison de l’humidité importante du sol au niveau des suintements, les matières végétales mortes se dégradent lentement et constituent la tourbe, un sol organique, dont l’accumulation donne naissance à une tourbière, occupant ici une situation de pente.

Les joncs

La diversité des joncs est importante dans la tourbière, ceux-ci appréciant les sols gorgés d’eau : on y observe les Joncs épars, aggloméré, à tépales aigus, des crapauds, ainsi que le rare jonc bulbeux.

Le Populage des marais

Au printemps, ce gros « bouton d’or », affectionnant particulièrement les zones fangeuses, égaie le marais de ses impressionnantes floraisons jaunes.

La Grenouille rousse

Cet amphibien affectionne le microclimat frais et humide de la tourbière qu’il utilise comme zone de chasse, à mi-chemin entre le milieu boisé et aquatique (la mare).

Les panneaux didactiques à voir dans la réserve naturelle et téléchargeables ici

Partager sur :Email

Soutenez Natagora

Vous aimez la nature ? Aidez-la !

Participez avec Natagora à la préservation de l’environnement en Wallonie et à Bruxelles. Apportez votre voix à la nature en devenant membre de Natagora et soutenez activement nos actions en rejoignant notre groupe de volontaires.
 

JE DEVIENS MEMBREJE VOUS REJOINS

Faire un don

Vos dons rendent possibles toutes les actions de notre groupe de volontaires en faveur de la biodiversité. Déductibilité fiscale à partir de 40 € de dons par an.

JE FAIS UN DON