Aller au contenu principal

Les Caves Paheau à Orp-Jauche

Les Caves Paheau à Orp-Jauche

Création en 1991 - Une superficie de 1,47 hectares

Dans le sous-sol crayeux de l'est du Brabant, de profondes galeries d'exploitation de la craie ont été creusées à la fin du 19ème siècle. Elles furent ensuite converties en lieu de culture de champignons, avant d'être définitivement abandonnées après la seconde guerre mondiale. Ces vastes galeries souterraines sont alors devenues un important lieu d'hibernation pour les chauves-souris, raison pour laquelle le site fut racheté par les RNOB en 1991. Le site n'est accessible au public que lors des visites guidées.


Conservateur : Dominique Lafontaine 
E-mail : dominique.lafontaine@natagora.be 
Tel : 081/87.74.58

En savoir plus :

DES CHAUVES-SOURIS AU CŒUR DU LABYRINTHE

Le site des caves Paheau se situe sur la commune d'Orp-Jauche, l’une des seules régions du Brabant wallon où la craie affleure. La réserve ne s’étend que sur 1,5 ha mais dissimule la porte d’entrée d’un monde souterrain servant de refuge à des centaines de chauves-souris.

Labyrinthe de calcaire sous la terre

Véritable labyrinthe souterrain le réseau de galeries a été creusé à la fin du 19ème siècle pour exploiter le calcaire et produire de la chaux. Les caves Paheau totalisent ainsi près de deux kilomètres de galeries d'une hauteur moyenne de cinq mètres. En période hivernale, ce site, aujourd’hui abandonné, est occupé par des centaines de chauves-souris, ce qui en fait un des principaux lieux d'hivernage du Brabant.

Accès contrôlé

Cinq espèces de chiroptères y sont présentes : les Murins à moustaches, de Daubenton, à oreilles échancrées et des marais, ainsi que l'Oreillard d'Europe. À cette saison, les chauves-souris insectivores privées de nourriture mènent une vie au ralenti dans des refuges qui les mettent à l’abri de tout dérangement. Le réseau est relié à l’extérieur par quatre portes d’entrée, dont une seule est accessible à l’homme. Elles sont bien entendu strictement contrôlées pour garantir la quiétude des lieux.

En surface, la nature n'est pas en reste

Les cultures intensives sur les terrains en surplomb, et donc l’utilisation d’intrants (engrais, pesticides) pouvaient avoir un impact sur la qualité de l’habitat dédié à nos mammifères ailés. Heureusement, Natagora a pu acheter ces parcelles et y a développé différents projets en faveur de la biodiversité : plantation d’une haie champêtre, restauration d’une pelouse sur craie et mise en place de cultures nourricières pour les oiseaux des champs. Le coteau crayeux dans lequel se sont creusées les galeries présente également un potentiel important en ce qui concerne la restauration de pelouses sur craie, notamment en raison de la richesse botanique (petite pimprenelle, orchis pyramidal) et entomologique des parcelles attenantes.

Partager sur :Email

Soutenez Natagora

Vous aimez la nature ? Aidez-la !

Participez avec Natagora à la préservation de l’environnement en Wallonie et à Bruxelles. Apportez votre voix à la nature en devenant membre de Natagora et soutenez activement nos actions en rejoignant notre groupe de volontaires.
 

JE DEVIENS MEMBREJE VOUS REJOINS

Faire un don

Vos dons rendent possibles toutes les actions de notre groupe de volontaires en faveur de la biodiversité. Déductibilité fiscale à partir de 40 € de dons par an.

JE FAIS UN DON